Ekin Fil
Ghosts Inside
LP HMS 042


Etherreal

September 2017

Alors qu'on pensait, aux premières minutes d'écoute de Ghosts Inside, se trouver face à un nouvel avatar de ces jeunes femmes signées sur Kranky et adeptes d'un ambient-folk un peu torturé, on apprend qu'Ekin Fil opère depuis 2009. Cela apporte certainement une crédibilité et une légitimité réelles à la Turque qui, néanmoins, semble avoir plus ouvertement opté pour ce positionnement musical à la suite d'un concert donné en première partie de Grouper. Avec sa voix murmurante et légèrement réverbérée, son atmosphère spectrale et crépusculaire, ses arrangements tremblotants et couverts de delay, ses petits effets et souffles, Ekin Fil se situe, en effet, assurément dans cette lignée, avec ses morceaux dans lesquels guitare et piano se relaient pour officier au premier plan. Au reste, ces instruments se trouvent parfois même les seuls maîtres à bord, la musicienne faisant le choix de ne pas chanter (Used To Be).

Dans un registre évidemment introspectif et minimaliste, le timbre se trouve parfois mis un peu trop en arrière, comme si Ekin Fil n'assumait pas complètement son écriture et préférait rendre incompréhensibles ses paroles, laissant l'auditeur avec un filet de voix, certes captivant mais pas suffisamment appuyé. En toute hypothèse, il s'agit de travailler davantage sur les ambiances et climats, quitte à forcer un peu le trait dans la dimension rêveuse que confère l'instrumentation. Toutefois, en adeptes de Kranky et de toutes les artistes que le label de Chicago peut signer, nous ne saurions faire les difficiles vis-à-vis de ce qu'Ekin Fil, sorte de transposition européenne de ces dernières, peut proposer. - François Bousquet